Les pissenlits échevelés

Publié le par Leïla

le-perzel-copie-2.jpgCe matin j'ai reçu dans ma boite aux lettres, le plus incroyable des cadeaux : une machine à remonter le temps !

Une bouffée d'odeur de paille chaude s'est engouffrée dans mes narines et le goût des pommes acides m'a râpé le fond du palais.
J'ai dix ans, jupe blanche et chemisier amidonné brodé de deux fraises sur le col, petites chaussettes et chaussures immaculées. Retour de la messe, petit sac à main contenant le mouchoir de coton blanc ajouré et quelques piécettes d'argent de poche vite dépensées dans une sucrerie !
Comme il fait beau sur la Bretagne en cet été 1967. Odeur aigre des toilettes champêtres, bataille de foin, chasse aux mûres, veillées humides sur la prairie, chant des grillons, lumière des étoiles, cache cache signaux avec nos lampes torches ! Zut, j'ai marché dans une bouse de vache avec mes belles chaussures blanches ! 
Ne pas s'approcher du purin a dit Maman, on peu tomber, c'est mortel !
Et les lapins aux odeurs de choux qui remuent leur museau dans un trou de grillage . Ramener les vaches du champ, nos bâtons à la main. Ramener le lait de ferme dans le pot en fer qui bringuebale. C'est moi qui le porte ! Non c'est moi ! Idiote ! Tu vas renverser le lait ! Tu vas te faire disputer par Maman voilà !
Les odeurs de varech qui montent avec l'humidité et qui se disputent aux odeurs de la ferme, mélange de mer et de terre humide. Le sable au fond des culottes de coton blanc après la course sur la plage et les roulades sur la grève de Ménéham.
Et l'interminable pêche aux crevettes minuscules...et le bonheur d'avoir le doigt aspiré par une anémone de mer qui se referme et vous prend pour une proie. Rinçage obligatoire du maillot dans la cuvette d'eau douce.
Et surtout vivre à fond et partager les rires de nos amis. les enfants de la campagne et les enfants de la ville unis dans une fête perpétuelle où l'ennui ne peut s'intercaler.
Voilà, la machine à remonter le temps a tenu ses promesses, elle m'a offert en flash back toute une série d'émotions visuelles, auditives, olfactives, gustatives, sensuelles. La fête des cinq sens en cet âge ouvert à la vie, ouvert aux autres, avant de me redéposer sur la rive du temps d'aujourd'hui, de mes 55 ans qui sonnent et qui s'achèvent sur une terrasse silencieuse que le cri des enfants a déserté. 
La photo noire et blanc entre les mains, la passagère en attente du prochain avion, regarde s'enfoncer dans le brouillard la vision fugitive de l'enfance radieuse. Il n'y a pas de mélancolie, car l'enfant est vivante toujours, elle n'a pas réussi à s'endormir, pas encore ! Elle réclame sa place la petite fille joyeuse à l'imagination fertile, qui se construisait des châteaux dans le sable pour y élever des bigorneaux...
Je n'ai pas fini de construire mon château. S'il n'y a plus de sable, je prendrai des cailloux, et si la pierre me manque, je tisserai les nuages...et par une nuit sans lune, un jour je broderai une couverture de dentelle avec les étoiles pour enfin reposer, recouverte de ciel. Alors, je m'endormirai et je retournerai au pays radieux des pissenlits échevelés.

Publié dans vie perso

Commenter cet article

marie 26/05/2012 12:10

Quii croit aux fées de Brocéliande en rencontree une un jour.........

marie 26/05/2012 12:07

Bonjour Edith, juste pour dire que les fées de Brocéliande existent, Ghislaine en est une !!!!! faut continuer à y croire !!!!!et je vous souhaite de la rencontrer un jour, elle est merveilleuse et
féerique ! marie f

Leïla 27/05/2012 14:58



 Si les djinns t'endendent gare à moi ! 



Edith Huet 26/05/2012 10:36

quel beau texte ! cette enfance est votre force intérieure !perso j'ai des souvenirs '" bretons par ma mère "= les fées de brocéliande,auxquels je croyais dur comme fer,etc etc j'aimerais tellement
vous rencontrer, un jour c'est certain ! edith

Leïla 27/05/2012 14:56



Ici ou ailleurs nous nous rencontrerons Edith, le monde n'est pas si grand que l'on croit et dans le tissage des vies, les mailles se croisent parfois quand on ne s'y attend pas !



marie 25/05/2012 19:39

En fait, le temps s'arrête, puisque ni l'avenir est envisagé à ce moment là, ni le présent "est", donc le temps n'est plus, il s'arrête, le temps de ce grand voyage dans le temps !!c'est le temps
qui repart dans le temps mais ce n'est pas le temps, c'est le passé, et comme il a été vécu, c'est le temps au temps, un temps du passé, oui bon, je sais je suis assez compliqué, mais ce n'est pas
le temps qui passe c'est le temps qui repart où il a déjà été , bon j'arrête, mon côté je me complique a pris le dessus !!!! bizzz,

marie 25/05/2012 19:07

c'est le partage de ton enfance, si bien détaillée, si bien vécue que j'avais ma main dans la tienne et suis partie avec toi dans ton enfance...
lorsqu'une odeur te chavire dans le passé, il faut s'arrêter et laisser agir nos sens, se laisser partir dans le passé, le bon passé, et c'est un régal, il suffit d'une odeur et on s'en va loin,
loin, oh, pas si loin que ça puisque c'est enfoui dans notre mémoire.
mais ces moments sont très émouvants et merveilleux.
tu n'a pas changé sur la photo, tu as le même sourire, je t'ai reconnu de suite.
je suis de tout coeur avec toi dans ces moments car je les vis aussi, un odeur suffit et on est projeté, j'aime ces moments car ils nous montrent que l'on existe, que notre enfance est encore tout
près, gardons cette insoucience, cette inconscience, restons petite fille, être adullte c'est trop sèrieux !!!!! bizzz ma grande S, merci de ce partage, marie f.