Solitude je ne t'ai pas choisie

Publié le par Leïla

 

Pour Elisabeth et toutes les oubliées du monde des hommes...

 

DSC05905.JPG

 

Désert, langueur éternelle que la langue des Dieux traverse et modèle au secret de leurs songes. Traversons le fleuve sable d'un pas léger pour ne pas le déranger, nous qui volons sur les ailes du vent.

L'ombre portée de nos voiles dessine des mémoires éphémères et mouvantes. Que serons nous demain si nous ne savons pas ce que nous sommes vraiment ?

Le vent léger joue dans mes cheveux comme la caresse au temps du Bien-Aimé.

Le sable se colle à l'humidité de mes yeux comme pour y boire encore une larme qui ne serait pas versée dans la coupe immense aux bords océaniques, tandis que tombe la neige sur l'horizon hostile.

Solitude, je ne t'ai pas choisie.

Publié dans vie perso

Commenter cet article

Elisabeth de Hautségur 25/02/2012 21:17

Elf chokr, Leïla,
L'isolement s'envole dans le désert et sa surprenante Présence...

Elisabeth de Hautségur 25/02/2012 21:16

Elf chokr, Leïla,
L'isolement s'envole dans le désert et sa surprenante Présence...

danae 10/02/2012 13:57

Un très joli texte. La solitude est triste et malheureux les oubliés de la terre ! Amitiés Nemchou, je reviens du laos et cambodge, tu devrais faire un tour sur mon blog.

Leïla 10/02/2012 15:24



je te rejoins Danaë !