Yamina tisse...

Publié le par Leïla

DSC01563.JPG

Yamina tisse le vent, la vie, les ailes de l'espoir, le livre de mémoire, en longs fils de coton duveteux. En rouge sang, en blanc mouton, en noir charbon, les éternelles couleurs de la déesse Terre. 

Yamina, fille de Gaïa, aux doigts agiles comme des papillons, recrée la vie à chaque instant. Motifs losanges, motifs asfour, motif samak, le mauvais oeil ne passera pas !

Yamina rêve en tissant, d'une large épaule où s'appuyer lorsque la nuit étend son voile sur le silence de la montagne, un homme bon, prêt à l'aimer, tout simplement.

En attendant les entrelacs montent doucement le long des fils tendus du métier à tisser, sa mère chantonne près du canoun un chant berbère qu'elle égrène d'une voix basse. De temps en temps le charbon grésille sous la bouilloire qui mousse et une odeur de caramel bûlé se répand, rassurante et douce.

La nuit est entrée en silence, on ne l'a pas vue venir, elle s'est assise auprès des femmes pour leur tenir compagnie.

Demain n'existe pas, les secondes sont des gouttes qui s'écoulent entre les doigts de Yamina.

 



yamina.jpg 

Publié dans habitat troglodyte

Commenter cet article

marie 27/05/2012 18:13

Bravo a yamina qui crée des merveilles aux couleurs tendres. L art en la matière, ce que fait yamina n est pas donné a tout le monde, chapeau bas yamina, avec toute ma compassion et mon
admiration.
Marie f

Leïla 12/06/2012 09:33



Bientôt on va installer un atelier de tissage pour la transmission de ce savoir, c'est important que tout ce savoir faire ne se perde pas ! 



edith huet 27/05/2012 18:10

demain n'existe pas ..le temps immobile,l'eternité dans ces secondes.......j 'ai vécu cela en afrique..le bonheur du temps suspendu ,des instants qui sont toute une vie _ est ce le continent qui
induit cet effet ?

Leïla 12/06/2012 09:31



Je me suis interrogée aussi sur la notion du temps suspendu. Ce n'est pas le continent, je pense que c'est plutôt ce rythme différent induit par la conscience du moment présent, infini...Mais là
on arrive aux confins de l'inexprimable :)



danae 27/05/2012 15:26

Dans les villages du monde entier les femmes tissent, elles sont courageuses et habiles, elles font des merveilles comme j'en ai vues au Laos dernièrement. Amitiés Leila