Le mystérieux bracelet d'argent

Publié le par Leïla

DSC04229.JPG

Aujourd'hui, il s'est produit quelque chose qu'il me faut partager...

Mais cela m'oblige à remonter dans les labyrinthes du temps...

Voilà l'histoire :

Mon grand père était spahi, un cavalier du Sahara, à l'époque de sa jeunesse. Je pense qu'il était dans le Sahara algérien. Mes grands parents étaient tous deux d'origine française, ma grand-mère Solange avait du sang espagnol par sa mère. Au retour d'une campagne, mon grand-père offrit ce bracelet à Solange, qui adorait les bijoux. Je le vois encore à son poignet, même si les brumes du passé fondent tout cela dans un halo étrange, le cliquetis des flutes à champagne, le gateau au café parsemé de violettes, l'odeur du poële qui fume, les poupées espagnoles sur l'étagère du buffet et la grande tapisserie murale orientaliste représentant les belles du harem aux seins nus et le grand éclat de rire de ma grand-mère qui aimait tellement la vie.

Le mektoub brusquement l'a saisie d'une manière dramatique, j'avais quinze ans.

J'héritais alors de ce bracelet d'argent que j'ai porté toute mon adolescence. Puis je l'ai oublié plus tard, au fond de la boite à bijou, puis enfin au fond d'une caisse à l'issue d'un déménagement. Et je l'ai cherché pendant des années, cela fait quatorze ans que je le cherche...et que je croyais l'avoir définitivement perdu...jusqu'à aujourd'hui...

Avec Amaury nous avons vidé le grenier poussiéreux de la maison, dégageant petit à petit les caisses couvertes de toiles d'araignées...et soudain le miracle, au hasard de cette caisse oubliée depuis des années...et caché dans une petite boîte à musique dont la comptine a fini de grelotter depuis longtemps...mon bracelet d'argent !

J'ai crié de joie et l'ai posé sur mon poignet et à nouveau l'inscription en filigrane d'argent m'a interpellée, car je n'en connais pas la signification.

Tout ce que je sais, c'est que maintenant la chance est de retour.

Publié dans vie perso

Commenter cet article

Monique Pineau 30/05/2010 13:06


Bonjour Leila-Ghislaine. Peux-tu me donner un n° de tél où je pourrais te joindre.Depuis que je suis rentrée, il m'arrive une chose curieuse et je voudrais en parler avec toi.La grande dame du nord
te dis à bientôt.Monique


Leïla 30/05/2010 18:34



Bonjour Grande Dame, tu peux me contacter sur : ghissegal@aol.com pour que je puisse te donner mon numéro de tél, je ne peux pas le faire sur un blog public. A bientôt !



marie françoise 29/05/2010 10:09


ça c'est beau, tu as mis toutes ces années à le chercher et enfin tu l'a trouvé, ta persévérance mélangé à de l'espoir t'ont récompensé et t'ont fait crier de joie, je suis très heureuse pour
toi.
Et je vais même te dire, ce bracelet est magnifique, il te va bien, il va te porter bonheur et chance.
Je te comprends dans tes recherches, je vis la même chose depuis longtemps aussi , pour diverses raisons, des secrets familiaux qui me laissent un point d'interrogation, et un parfum, lorsque
j'étais adolesçente, une amie de ma grande soeur passait avec nous ses vacances en Corse, elle avait un parfum que j'adorait, moi qui suis passionnée de parfum, elle m'avait dit le nom de ce
parfum, je l'ai oublié avec le temps.
je n'ai plus jamais revu Camille, qui habitait à Paris.
Les années ont passé, et encore aujourd'hui je cherche ce parfum, parfois je le sens dans la rue, mais avec tout ce monde, je me vois pas renifler les gens pour arriver à ce parfum, j'ai fait des
parfumeurs, mais jamais ils me l'ont fait sentir, faut dire que sans son nom, c'est difficile, mais pas impossible, un jour je le trouverai, j'ai un peu peur car ce parfum peut être n'est
plus...
j'espère, j'espère, car j'aimerais porter cette odeur, ce parfum dont je suis sensible, je reste donc sur sa trace !
Belle journée ma Ghislaine, je suis très heureuse pour ton bracelet que tu va faire revivre avec les pulsions de ton corps, de ton coeur, de ta joie.
Marie-Françoise


Leïla 01/06/2010 09:02



Nous sommes toujours dans la quête et la tienne est particulièrement subtile, je te souhaite d'aller à la rencontre des cinq sens dans leur dimension pleine et entière et tu n'en es pas bien
loin...