Révolution en Tunisie : les anecdotes du quotidien

Publié le par Leïla

REVOLUTION EN TUNISIE, les anecdotes du quotidien

Sous le regard d'une occidentale

 

Je ne résiste pas au plaisir de commenter ici par quelques petites anecdotes recueillies "de la rue" :

 

Les cigarettes à 1 dinar !

 

-Les tunisiens (presque tous fumeurs) sont ravis...les paquets de cigarette se vendent actuellement à 1 dinars (soit 0,52 cts d'euro), qui dit mieux,...suite au pillage des bureaux de tabac. Les jeunes brandissent sur le trottoir des paquets pour vendre à la sauvette....Liberté, liberté ! :)

 

Les grand-mères vendent de l'alcool !

 

- Une autre histoire circule et les fait mourir de rire : une vieille sort d'un super marché (pillé) en cachant sous sa djellabah un pack de canette de bières. Un jeune l'arrête en riant et lui dit :

"-Grand-mère ! C'est haram, c'est interdit, l'alcool ! T'as pas le droit de boire de la bière !"

Et la vieille sort aussitôt une canette, la lui tend et lui dit :

-Tiens mon fils, c'est 2 dinars la bière !

 

C'est extraordinaire de vivre un pays en révolution et de voir changer les mentalités. J'ai vu deux jeunes oser se promener enlacés en public, chose qui était impensable il y a une semaine...Ils pouvaient être arrêtés par la police autrefois pour tenue impudique...

Sur les rond-points de Kebili, ceux qui n'avaient jamais pris la parole en public, s'arment maintenant de porte-voix pour clamer leur opinion et rallier les gens à leur cause...

Les jeunes tunisiens ont soif d'ouvrir leurs ailes, mais cela passe d'abord par la liberté de parole qui leur a été déniée si longtemps.

J'entends la France se faire l'écho de possibilités de "prise de pouvoir des islamistes" et cela me fait rire ! le coeur tunisien est tourné vers l'occident, à fond. Les extrémistes religieux sont ici totalement honnis, détestés, de même que nos propres extrémistes religieux chrétiens sont chez nous ridiculisés...tout simplement parce que tout fanatisme donne une mauvaise image d'un peuple. Et que ici comme ailleurs, un peuple tient à son image sur la scène mondiale, surtout quand, pour la première fois, la liberté de parole leur ai donnée.

La révolution tunisienne est une révolution de la rue, mais aussi de l'élite, il ne faut pas l'oublier et leur modèle est occidental, et je suis triste de l'attitude de la France qui ma parait vraiment glauque dans ses prises de position.

 

Quant à moi, je suis française et je suis heureuse de pouvoir être le porte-parole du vécu intérieur de cette jeunesse qui ne veut plus être manipulée, et d'avoir osé prendre le premier avion disponible vers la Tunisie, pour être au milieu de cette renaissance. Ce peuple apprend à marcher...leur révolution marque une page non seulement dans leur histoire, mais dans l'histoire des peuples, j'en suis certaine. L'humanité se réveille, l'histoire nous l'apprendra.

 

SUITE

 

22 janvier 2011

 

Ce matin manifestation pacifique à Houmt Souk. Je suis passée en voiture au milieu des manifestants calmes et souriants. Mais sous ce calme apparent, la masse agglutinée évoque la détermination, on sent qu'ils iront jusqu'au bout et ne reculeront devant rien. Les quelques policiers qui font la circulation arborent le brassard rouge révolutionnaire eux aussi, et ne portent pas d'armes.

L'école va reprendre lundi, avec des horaires adaptés, les enfants sortiront à 16 h, avant que la nuit tombe.

Sinon, la vie ici est la même avec son petit vent frisquet qui vient de la mer...hier un requin d'1 m50 environ s'est échoué vivant sur la plage de Houmt Souk, cela a créé un petit attroupement. Un homme s'est mis dans l'eau glacée pour le tirer par la queue à quatre reprises et l'inciter à reprendre le large.

J'ai envie de bouger un peu, peut-être que les jours prochains je serai sur le continent.

 

SUITE :

 

Je viens de faire un périple ESt/OUEST et l'inverse à travers la Tunisie...Quelques manifestations tranquilles, le grand désert sur la route, l'impression d'être seule au monde...quelques chêvres, des enfants désoeuvrés, des familles qui repartent au désert avec leur tente pour être tranquilles en attendant la fin des événements,...et le reste de la population scotché jour et nuit au poste de télévision face aux infos qui se déroulent en boucle. Quelques hommes dans les cafés qui commentent la politique et le gouffre économique qui les plonge dans un avenir très incertain...

Et je viens d'apprendre la suspension des vols faute de touristes et de voyageurs...

 

Que fait la communauté internationale ?

Que font les pouvoirs politiques pour soutenir ce pays ?

Que fait la France dont les intérêts économiques sont nombreux enTunisie ?

 

Dans le grand silence, un peuple bat lentement des ailes pour éviter de se noyer après avoir eu le courage de jeter dehors le grand vampire...Allons nous laisser l'oiseau couler ?

 

28 janvier 2011

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publié dans vie perso

Commenter cet article

danioulti 22/01/2011 11:57


merci leila pour ces nouvelles en direct... le peuple tunisien est beau jeune instruit il a des valeurs morales et du coeur... le monde entier l'observe ,je n'avais pas soupconné à quel point la
dictature etait présente, je sais qu'il se dirigera vers un bon équilibre : social politique et religieux,cette révolution va faire changer bcp d'autres pays du monde- crois moi, bcp de français
sont avec eux...bises et inchallah ! danioulti


Leïla 21/04/2011 19:07



Nous vivons aussi sous la dictature Danioulti, n'en doutons plus quand nous entendons s'exprimer quelques têtes "pensantes" du gouvernement d'aujourd'hui. Y a t'il une vraie différence avec la
Tunisie ? Parfois j'ai honte. Bises



danae 21/01/2011 12:57


Merci de nous parler de la rue Nemchou, comment tu la vois toi qui es sur place. Souhaitons qu'ils arrivent à la démocratie sans trop de pertes humaines. Ils sont sur la bonne voie ! Bises


Leïla 22/01/2011 11:51



Oui, ils sont sur la bonne voie. Ce matin à Houmt Souk, manifestation pacifique. Quelques policiers débonnaires (pas armés!) arborant brassard rouge pour prouver leur appartenance au mouvement
contre Ben Ali (eux qui travaillaient hier encore pour lui...) font la circulation. Les jeunes drapés dans le drapeau tunisien ont le sourire et l'espoir sur le visage. Je suis heureuse d'être
parmi eux et de participer en observatrice à cette renaissance. le peuple se met debout, c'est émouvant.