Les petits poissons de Sidi Jmour-Djerba

Publié le par Leïla

DSC04425.JPG

Aujourd'hui chaleur écrasante sur Djerba. Désir de baignade impérieux...Et c'est vers Sidi Jmour, à l'ouest de l'île que je dirige mes pas. Sous les eucalyptus je pose mes affaires, et l'eau translucide m'invite, envoûtante et sereine sous un ciel plombé qui fait ressourtir la lumière des roches blanches. C'est un endroit que j'aime, à la fois mystique et reposant,le marabout de Sidi Jmour se détache tout en rondeur sur une mer turquoise, piste d'envol pour le rêve. Cette côte sauvage est vraiment sublime...

Dans l'eau, qui découvrait sous l'effet de la nouvelle lune, j'ai surpris cette fois une vie grouillante, est-ce un effet de l'orage qui menaçait ?

Petites daurades grandes comme la paume de la main se glissaient autour de mes chevilles, des poissons de roche couleurs d'algues jouaient au caméléon, tandis que de petits rayés se glissaient avec vivacité dans les creux...bernards l'hermite, coquillages inconnus, et même une magnifique éponge...de quoi raviver mes jeux d'enfant d'autrefois, dans l'eau moins chaude de la Bretagne, souvenirs...souvenirs.

Ces petits bonheurs simples sont autant de points d'ancrage qui peuplent ma nouvelle vie. S'il n'est pas facile d'être expatriée, il y a néanmoins des moments un peu magique qui me remplissent et me font oublier ce sentiment de solitude qui m'envahit parfois comme une vague.

PS : en passant par Sidi Jmour, on peut aussi visiter une belle exposition dédiée à la femme, à Dar Charif, sur la route de Houmt Souk. Il y a même des tableaux de Léonor Fini...magnifiques !

Commenter cet article

Monique Pineau 02/11/2010 18:20


Bonjour Leila. Cela fait longtemps que je ne t'ai pas donné de nouvelles et je pense souvent à toi.Mon baroudeur part en expédition pour 1 mois cette fois-ci pour le Sénégal avec un ami.Leur projet
prend forme même s'il n'en est qu'au début.La séparation commence à se faire plus dure mais en même temps notre relation devient plus intense. L'avenir nous dira la suite.Leur projet me fait penser
à toi souvent car les difficultées et les méchancetées ne manquent pas. Je te souhaite leila de trouver le bonheur dans ta nouvelle vie même si parfois tes racines te manquent et sache que même
loin de toi,je pense souvent à toi,même si je te découvre tardivement.Tu es quelqu'un de remarquable!!! Bisous


Leïla 04/11/2010 09:53



Merci de ton grand message Monique ! Et oui je continue ma vie de sable et de lumière. Je t'encourage à vivre de grands moments et je vois que tu es sur la bonne route ! Toutes mes amitiés grande
Dame du Nord !



Mohamed G. 21/10/2010 11:52


Oui justement je m'appelle aussi Mohamed , c'est comme l'autre : elle s'appelle ghislaine et leila . bay régallez vous bien ..... on se verra sûrement sur douz .


Poumay Jean-Luc 12/10/2010 15:42


Cher Monsieur Delatre (si tel est votre vrai nom…ce dont je doute),
Ignorance, bêtise ou méchanceté, je ne sais pas comment qualifier votre intervention sur le site de « Nemchou » !
Il est vrai qu’avec un seul petit séjour dans le sud tunisien en avril dernier, il devrait m’être difficile de me prononcer sur les propos que vous tenez mais, permettez-moi de vous faire part de
mon indignation.
En effet, la famille Talbi (et non « Talabe) est tout simplement le reflet de la simplicité et de l’authenticité que je recherchais lorsque je me suis dirigé vers Douiret, raison pour laquelle, et
sans faire partie d’aucune « secte », j’ai décidé d’y retourner le mois prochain avec ma compagne.
A aucun moment, lors de mon séjour dans ce merveilleux environnement qu’est Douiret, je n’ai eu l’impression d’avoir à faire à des profiteurs, bien au contraire.
J’en déduis donc que c’est par pure jalousie, envie, mesquinerie, …, que vous tenez de tels propos.
Mais je rassure tous ceux et toutes celles qui voudraient vivre des vacances « autrement », n’hésitez pas, la famille Talbi sera à votre écoute et fera de votre séjour une expérience
inoubliable.
Jean-Luc Poumay (et c’est mon vrai nom...)


Leïla 12/10/2010 19:33



Cher Monsieur Delattre (je devrais plutôt dire M. Mohammed...non :) ) si j'en crois un autre mail menaçant que vous m'avez envoyé le 10 août et que j'ai été obligée de supprimer pour ne pas
laisser place à des égarements diffamatoires sur un blog qui est écrit avec l'âme et le coeur, je ne vois pas l'intérêt de poster de tels messages et je comprends mal ce que vous recherchez. Si
vous n'avez rien de plus intéressant à écrire, franchement abstenez vous et contentez vous de parcourir ces pages puisqu'il semble que vous y preniez un plaisir douteux. Et si cela vous fait
tellement mal, ne soyez pas masochiste...passez votre chemin et allez voir ailleurs ! 



jean delatre 11/10/2010 18:23


C'est pas possible , tu lâche les marabouts de douiratte et tu trouve d'autres mêmes à djerba . laisse le pays tranquille avec tes .... "sectes" et tes sorcières , vas voir tes mecs de douz " amore
et famille talabe de douiratte ( les profiteurs etc.... / fait gafffffffffff


Leïla 12/10/2010 19:35



Cher Monsieur Delattre (je devrais plutôt dire M. Mohammed...non :) ) si j'en crois un autre mail menaçant que vous m'avez envoyé le 10 août et que j'ai été obligée de supprimer pour ne pas
laisser place à des égarements diffamatoires sur un blog qui est écrit avec l'âme et le coeur, je ne vois pas l'intérêt de poster de tels messages et je comprends mal ce que vous recherchez. Si
vous n'avez rien de plus intéressant à écrire, franchement abstenez vous et contentez vous de parcourir ces pages puisqu'il semble que vous y preniez un plaisir douteux. Et si cela vous fait
tellement mal, ne soyez pas masochiste...passez votre chemin et allez voir ailleurs !



danae 11/10/2010 10:29


C'est magnifique la description de ton bain dans cette crique. ça donne vraiment envie ! Courage tout n'est pas toujours rose ou bleu, mais tu vas y arriver. Bises


Leïla 11/10/2010 12:04



C'est sûr, il y a des vies pires que la mienne ! Mais ma nature hyper réactive me fait ressentir tout à fleur de
peau...la distance avec ma famille, ma mère qui s'éteint dans un hôpital, les mauvais esprits d'ici et d'ailleurs, la perte de mes racines et la non-pratique de mon langage maternel (c'est pour
cela que j'écris...ça fait du bien), les différences culturelles, l'adaptation du corps à un climat différent, l'état d'insécurité et de précarité....


Et oui, mais à côté, l'amitié, la gentillesse des habitants, la beauté des sites, la douceur de la mer, l'immensité du désert, le sourire des dromadaires :), la liberté que je m'octroie de ne
rendre compte qu'à moi-même, l'apprentissage d'une culture et d'une langue nouvelle, l'esprit qui s'ouvre vers d'autres dimensions, l'obligation de maîtriser les émotions, la spiritualité qui en
découle...


Bon ça vaut la peine ! Je continue !


Bises Danaë !