Bracelet d'argent...suite et fin

Publié le par Leïla

Donc, pour faire suite à l'histoire du bracelet d'argent hérité de Mamy Solange....

l'arborant fièrement à mon bras, me voici dans une famille du Sahara, à Golaa, nomades sédentarisés depuis une génération et dont les ancêtres ont migré du Moyen-Orient à la Tunisie, en vagues successives depuis l'époque de l'Hégire. La petite dernière de la famille, une ravissante gamine de dix ans, attirée vers le bijou, m'attrape le bras et avec son doigt dessine le mouvement des lettres et me dit : "Allah" !

Les autres femmes se penchent vers moi et commentent avec des murmures surpris...je ne comprends rien et elles ne parlent pas français. Puis elles m'adressent de grands sourires...

Ce jour là, j'ai au moins appris ce qui était inscrit dans le losange, le nom d'Allah.

  Berber_tunisie_1910.jpgTrois jours plus tard, je me suis rendue à Djerba sur le site du magnifique musée du patrimoine et de la ferme des crocodiles. Mon ami n'avait jamais vu de crocodiles, donc nous avons commencé par l'espace réservé à ces étranges survivants de l'époque où le désert était une savane, qui baillaient sous le soleil en faisant la planche, puis nous avons pénétré à l'intérieur de cet extraordinaire bâtiment plein de trésors...et dans la première pièce....j'ai vu MON bracelet !

Il y avait quatre bracelets d'argent martelé fermé avec des charnières et une explication qui me donnaient enfin toutes les réponses que j'attendais ! Le clin d'oeil du mektoub !

 

J'appris donc qu'il s'agissait d'un bijou porté par les femmes nomades au 18e et 19e siècle, fabriqué en Algérie, qu'il comportait un losange talismanique dans lequel on inscrivait le nom de Dieu ou une formule sacrée visant à protéger celle qui le portait.

Ainsi, Mamy Solange, m'a léguée, lorsque j'avais quinze ans, le fil d'Ariane qui me reliait à mon futur. Elle fut la passeuse de destin, elle qui n'avait aucun lien avec le désert, simplement dépositaire d'un secret concernant sa petite fille.

Elle est morte à 59 ans, la tête broyée sous un camion, ses rêves de chateau et son amour pour les belles choses envolés avec le vent d'hiver qui balayait la nuit. Portait-elle ce bracelet le jour où elle est morte ?

Chaque fois que je ferme ce bijou autour de mon poignet gauche c'est elle qui revit en moi et encore bien d'autres murmures que je ne peux déchiffrer. Peut-être celui de ces femmes du passé, pieds nus dans le sable chaud, leurs longs voiles flottant au rythme de leur marche, tatouages au visage, les grands yeux fardés de khol...et moi dans leur sillage, je marche, je marche...vers un horizon inconnu qui ressemble à la mort.

Publié dans Aventure Sahara

Commenter cet article

zay 14/07/2014 13:09

Les bijoux que portent la jeune fille , les femmes arminiennes ont ds bijoux du même genre aussi ... Peut-etre on t'il vraiment des origines du moyen-orient

Leïla 18/12/2014 06:10



Une origine commune n'est pas impossible, les peuples du désert ont beaucoup voyagé et la transmission s'est effectuée sur toutes les étapes de leur vie nomade.



leila 29/07/2010 11:19


Bonjour petite soeur, un baiser en passant, de sable d'or et de lumière


marie françoise 13/07/2010 12:49


Bonjour Ghislaine, je ne pense pas que ta grand mère portait son bracelet le jour de a mort, il ne lui aurait pas fait vire cette mort violente.....
gardes le bien précieusement à ton poignet et sois en fière, il te porteras bonheur et t'entraînes dans le sillage du passé, mais ce sillage te feras vivre beaucoup de choses, tu va certainement
apprendre encore, tu as déjà cette petite fille qui vient te mettre sur un chemin de lumière en te faisant comprendre la signification de la gravure, il faut que sur ce chemin tu restes sereine et
te laisse bercer par cette transmission vitale.
laisses toi cheminer, penses bien et tout iras bien
je t'embrasse très fort, je pense beaucoup à toi, à très vite de tes nouvelles....marie françoise